baty : je suis venu

épilogue de la tragédie initiatique chrétienne



articles publiés sur Facebook


1 : à l'origine du Mal

Pourquoi tant de cris, de larmes et de souffrances ici-bas ? Parce que nous vivons dans le monde de la Bêtise, laquelle produit sans cesse des erreurs, jusqu’à cette erreur fatale – l’erreur de trop – qui emportera finalement tous ceux qui aiment leur vie en ce monde (Cf. Jean-12:25).

Ne nous laissons pas abuser par les idées fausses que notre éducation et les medias nous ont mises en tête, sortons de cette vallée de larmes par le haut en choisissant l’Intelligence : grâce à l’eau du Baptême, retrouvons un esprit aussi pur que celui des petits enfants en le lavant de toutes ces idées reçues qui le souillent et brouillent en nous la parole de Dieu.

« Tout est pur pour les purs, mais rien n’est pur pour ceux qui sont souillés et ne croient pas : leur intelligence et leur conscience sont souillées », dit Paul (Tite-1:15). Aujourd’hui plus que jamais « le monde entier gît au pouvoir du Malin » (1Jean-5:19) parce que beaucoup prennent la bêtise maligne pour de l’intelligence vraie !


2 : pas plus bête qu'une oie

Qui possède l’intelligence vraie ? D’après l’étymologie, l’intelligent (latin inter+legere) est celui qui sait, « parmi » (inter) toutes sortes d’informations, « recueillir par les yeux » (legere) celles qui sont importantes. "INTELLIGENT" signifie donc d’abord "QUI SAIT LIRE".

À l’ouest de l’Indus (en Occident), au début de l’ère nommée d’après lui, parut un homme qui savait lire. Mais un jour qu’il faisait la lecture à la synagogue de son village, ses concitoyens essayèrent de le tuer, car celui qui sait vraiment lire a aussi le don de mettre en fureur (Luc-4:28-29) ceux dont le logis est squatté par l’esprit impur (Matthieu-12:43-45), c’est-à-dire par la Bêtise.

Jusque sur le chemin d’Emmaüs (Luc-24:32), Jésus donna des explications de Textes à des disciples qui les transmirent par écrit à la postérité, mais elles devinrent elles-mêmes illisibles quand la terre entière suivit la Bête/la Bêtise ressuscitée (Apocalypse-13:3). Le livre qui les contenait, posé sur la main droite de Dieu (Ap-5:1), fut alors comme scellé par la Bêtise au point que plus personne ne pouvait l’ouvrir ou le regarder (Ap-5:3). Mais aujourd’hui que les sept sceaux du Livre s’ouvrent, des élus (encore legere) peuvent en extraire la substantifique moelle.

Comme le dit une parabole orientale : dans un mélange d’eau et de lait, la Reine des Oies sait prendre le lait… Que celui qui a de l’intelligence – l’élu qui sait lire – fasse comme elle !


3 : le fracas de la mer

Aux Pharisiens, qui lui réclament un signe venu du ciel comme preuve de sa filiation divine, Jésus répond qu’il ne sera pas donné de signe à cette génération-là (Marc 8, 11-12). Mais il révèle par ailleurs à ses disciples qu’à la Fin, alors paraîtra le signe du Fils de l’homme dans le ciel (Matthieu 24, 30)…

Ce signe a fait l’objet depuis deux mille ans de nombreuses spéculations, mais le mystère se dissipe aujourd’hui quand on superpose comme des calques les évangiles de Matthieu et de Luc, car ce dernier décrit le signe dans le ciel précisément ainsi : Il y aura sur la terre une angoisse des nations, inquiètes du fracas de la mer et de son agitation, les hommes expirant de peur dans l’attente de ce qui va survenir au monde, parce que LES PUISSANCES DES CIEUX SERONT ÉBRANLÉES (Luc 21, 25-26) : c’est-à-dire qu’il y aura UN DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE. C’est donc la génération actuelle qui hérite du signe jadis réclamé par les Pharisiens pour mettre Jésus à l’épreuve : cette génération qui ne passera pas que tout ne soit arrivé (Luc 21, 32) !

〖TABLE〗      Page suivante ►►►