baty : je suis venu

épilogue de la tragédie initiatique chrétienne



la Bêtise majuscule


La Bêtise est une maladie potentiellement mortelle qui tend à séparer l’humain de son esprit. Au dernier stade de son évolution, après avoir provoqué bien des douleurs, elle tue l’Homme et la Femme qui, sans cette pathologie, auraient vécu éternellement. Une bibliothèque portative de soixante-treize volumes (1), la Bible, regroupe l’ensemble des informations concernant ce mal — le Mal.

L’Apocalypse, le dernier des volumes, pronostique et décrit la phase terminale du Mal. La Bible s’y représente elle-même comme un livre scellé de sept sceaux (2) par les trois Bêtes de l’Apocalypse, c’est-à-dire par la Triple Bêtise. Peu après le début du premier acte de la tragédie de la Fin des temps, Jean, le Visionnaire de l’Apocalypse, pleurait déjà de ce qu’il prévoyait (3), à savoir que tous seraient tellement atteints par la Bêtise que plus personne ne pourrait ni ouvrir ni regarder le livre (4) qui contient les ordonnances du Docteur (5), le plus tragique étant que personne n’en aurait conscience, tous étant persuadés d’être suffisamment intelligents pour lire à livre ouvert la Bible — que ce soit pour l’adorer ou la vilipender !

Il est impossible d'ouvrir les yeux d'aveugles qui pensent voir clair. Jésus s'était déjà accroché avec eux quand il disait : « Moi, je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. » Des Pharisiens qui étaient avec lui entendirent cela et lui dirent : « Est-ce que nous aussi, nous sommes aveugles ? » Jésus leur répondit : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant, parce que vous dites “Nous voyons”, votre péché demeure. » (6)

Un péché est une erreur, une conséquence de la Bêtise. Mais Jésus parle ici d’une erreur qui est la mère de toutes : l’Erreur originelle. C’est elle qui a aveuglé l’Homme et la Femme pour les siècles des siècles ! Le premier livre de la Bible relate le dialogue fatal entre la plus rusée de toutes les bêtes des champs — c’est-à-dire la Bêtise — et la Femme (7). Cette dernière pense acquérir l’intelligence en croyant ce que lui souffle la Bêtise, c’est-à-dire en doutant de la parole de Dieu… Après avoir croqué dans le fruit mortel de la connaissance du bien et du mal, les yeux de l’Homme et de la Femme s’ouvrent, comme la Bêtise l’avait promis, mais les humains ne sont plus à même de comprendre qu’ils sont de ce fait désormais aveugles, et c’est la Chute !

Dieu a créé l’humain à son image, à sa ressemblance (8). L’Homme et la Femme ne sont pas Dieu, mais ils sont des dieux — pour peu qu’ils ne l’oublient pas, ou qu’ils sachent du moins lire, puisque la loi a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée et que l’Écriture ne peut être abolie ! (9) Mais voilà, ils ne savent pas lire ou ne croient pas l’Écriture puisqu’ils s’enseignent les uns les autres qu’ils n’ont pas été créés par Dieu, ni ne sont des dieux, mais qu’ils descendent du singe ou — peut-être — de composés organiques tombés d’une comète — le dernier savant fou à avoir publié ses élucubrations ayant raison !

Puisqu’elle est transmise par l’éducation obligatoire et gratuite aux enfants depuis la fin du XIXe siècle, rien ni personne ne semble plus pouvoir s’opposer à la Bêtise et à son œuvre de mort. Alors, pour sauver ses élus, Dieu abrège comme prévu cette Grande Affliction unique dans l’Histoire (10) : il met au cœur d’une dizaine de chefs d’État (11) de détruire la Grande Prostituée assise sur la Bête (12), c’est-à-dire la Civilisation fondée sur la Bêtise ! Voilà pourquoi les dirigeants de ce monde font régulièrement — et contre toute attente — l’inverse de ce qu’ils devraient faire : ils ont à cœur de mettre à feu et à sang le monde qu’ils dirigent !

Depuis le début du troisième millénaire (janvier 2001), ils organisent bille en tête la Fin du monde pour provoquer la Parousie mais, parmi eux, seul le Premier cavalier de l’Apocalypse (13) n’a pas caché avoir cet objectif. De cette conflagration de la Grande Babylone, qui réchappera ? Seulement ceux qui comprendront (prendront avec eux) la parole que Jésus a dite car : Qui me rejette et ne reçoit pas mes paroles a son juge : la parole que j’ai dite, c’est elle qui le jugera au dernier jour. (14) En comprenant la Parole, ils remonteront à l’Erreur originelle et la corrigeront. Ils échapperont ainsi à l’emprise de la Bêtise, seront délivrés du Mal et retrouveront la vue et la liberté dont ils jouissaient avant la Chute : la Fin du monde des aveugles hallucinés ne les concernera pas.

notes

  1.  Bible catholique dont le canon a été défini par le concile de Trente dans son décret du 8 avril 1546. Il est crucial que la Bible contienne les deux premiers livres des Maccabées et le livre de la Sagesse.
  2.  Cf. Apocalypse 5, 1.
  3.  Cf. Apocalypse 5, 4.
  4.  Cf. Apocalypse 5, 3.
  5.  Matthieu 23, 10 : Un seul est votre Docteur, le Christ.
  6.  Jean 9, 39-41.
  7.  Genèse 3, 1-7 : Le serpent était la plus rusée de toutes les bêtes des champs que Yahvé Dieu avait faites. Il dit à la femme : « Alors, Dieu a dit : Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin ? » La femme dit au serpent : « Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin, mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas, de peur d’en mourir. » Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et que vous serez alors comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » La femme vit que l’arbre était bon à manger, charmant à voir, et qu’il était, cet arbre, désirable pour acquérir l’intelligence. Elle prit de son fruit et mangea, puis en donna aussi à son mari qui était avec elle, et il mangea. Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent, et ils connurent qu’ils étaient nus…
  8.  Cf. Genèse 1, 26-27.
  9.  Jean 10, 35.
  10.  Matthieu 24, 21-22.
  11.  Les Dix rois / dix cornes de Apocalypse 17, 12-17.
  12.  Qui est aussi Babylone-la-Grande (Apocalypse 17, 5), la Grande Cité qui a la royauté sur les rois de la terre (Apocalypse 17, 18) — c’est-à-dire la Civilisation.
  13.  Un certain "W", qui fut durant huit ans « l’homme le plus puissant du monde ».
  14.  Jean 12, 48.

〖TABLE〗      Page suivante ►►►