baty : je suis venu

épilogue de la tragédie initiatique chrétienne



la croix sur le front


Outre les deux déjà mentionnées, mon personnage intègre encore une autre figure de l’Ancien Testament (et ce ne sera pas la dernière) : l’homme vêtu de lin qui porte une écritoire de scribe à la ceinture (1). Le rôle de celui-ci est exposé au chapitre 9 du livre d’Ézéchiel ; à savoir : circuler dans la Ville (dans ce modèle primitif, il ne s’agissait pas encore de la Grande Cité, mais de Jérusalem) pour marquer d’une croix au front ceux qui gémissent et se lamentent sur toutes les abominations qui se commettent au milieu d’elle. (2)

Les Châtiments de la Ville, six personnages qui ont chacun leur instrument d’abattage à la main, suivent l’homme vêtu de lin à travers la Ville. Le Dieu d’Israël leur a ordonné de massacrer sans pitié ni compassion vieillards, jeunes gens, jeunes filles, enfants et femmes qui ne portent pas sur le front la marque que trace l’homme à l’écritoire, le taw, la dernière lettre de l’alphabet hébreu qui, dans l’ancienne graphie, ressemblait à une croix.

Le début du chapitre 7 de l’Apocalypse reprend ce modèle : cent quarante-quatre mille élus doivent être marqués au front par le sceau du Dieu vivant, c’est-à-dire par l’anneau à cachet de Dieu au Jour de Sa Colère, à savoir : Zorobabel (3). Les fléaux du dies iræ épargneront ceux qui auront été marqués au front par mon personnage (4), c’est-à-dire qui auront compris (pris avec eux) la Vérité révélée par les écrits de Zorobabel — l’homme à l’écritoire qui marque les esprits en brisant les sept sceaux de la Bible.

Pour échapper aux Châtiments de la Grande Cité (qui sont les Quatre cavaliers de l’Apocalypse, les Dix rois, les catastrophes dites "naturelles", etc.), il faut par conséquent connaître la Vérité :

— Jésus disait aux Juifs qui avaient cru en lui : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous libérera. »
— Ils lui répondirent : « Nous sommes la descendance d’Abraham et n’avons jamais été esclaves de personne ; comment toi, peux-tu dire : “Vous redeviendrez libres” ? »
— Jésus leur répondit : « En vérité, en vérité je vous le dis : quiconque se livre au péché est esclave du péché. » (5)

Qui commet délibérément des péchés (erreurs) se croit libre et maître de sa vie, mais il ne comprend rien à rien et ne pourra éviter les Châtiments. Voilà pourquoi la parole que Jésus a dite jugera au Dernier jour ceux qui ne l’ont pas reçue : privés de la Vérité, ils resteront esclaves de leurs idées fausses, et l’erreur les précipitera avec tout le fatras du monde dans l’étang de feu (6) ! Mais qu’est-ce qui s’oppose à ce que les gens comprennent la parole de Jésus ? Qu’est-ce qui empêche leur libération et finalement les condamne ? Celle qui leur ment depuis le début, les trompe et leur fait commettre erreur sur erreur depuis la Chute : la Bêtise !

À la fin de cette Grande Affliction (7), il faut que la marque apposée sur le front par le sceau du Dieu vivant (Zorobabel) remplace la marque de la Bête, sinon… Mais qui porte cette dernière ? Facile à vérifier : dans cette civilisation (la Grande Cité / la Grande Babylone), personne ne peut acheter ou vendre, sinon celui qui a la marque : le nom de la Bête ou le chiffre de son nom. (8) Nombreux sont donc ceux qui portent la marque de la Bêtise

Dans un système aussi coercitif que celui de la Grande Cité (la Civilisation), qui donc n’est pas bête ! En tout cas, l’intelligent est celui qui comprend cette parole de Jésus : « Ne vous inquiétez pas, disant : “Que mangerons-nous ?”, ou “Que boirons-nous ?”, ou “De quoi nous vêtirons-nous ?” — toutes choses en effet que les païens  recherchent ! —, car votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela. CHERCHEZ D’ABORD LE ROYAUME ET SA JUSTICE, et tout cela vous sera surajouté. » (9)

Si quelqu’un garde la parole de Jésus, libérée de ses sept sceaux par Zorobabel, il connaîtra la Vérité qui — alors — le délivrera du Mal (c’est-à-dire de la Bêtise). Mais qu’il ne prenne pas la Vérité pour la Délivrance ! La Vérité est exprimée par des mots auxquels il convient de ne pas s’attacher plus que nécessaire. La Parole de Vérité est comme une fusée qui va placer un satellite en orbite : à la fin, il faut bien que ce dernier se détache de son lanceur pour ne pas retomber ; de même, si quelqu’un veut monter au Ciel et y rester, il faudra bien qu’à la Fin il se détache de la lettre, qu’il se garde de la dogmatiser…

La lettre tue, mais l’esprit fait vivre. (10)

notes

  1.  Cf. Ézéchiel 9, 2 — etc.
  2.  Ézéchiel 9, 4.
  3.  Aggée 2, 20-23 : La parole de Yahvé advint une seconde fois à Aggée, le vingt-quatre du mois, en ces termes : Parle à Zorobabel, le gouverneur de Juda, et dis : Je vais ébranler les cieux et la terre. Je renverserai le trône des royaumes et anéantirai la puissance des royaumes des nations ; je renverserai chars et conducteurs ; les chevaux seront abattus, et ceux qui les montent, chacun par l'épée de son frère. En ce jour-là — oracle de Yahvé des armées —, je te prendrai, Zorobabel, fils de Shéaltiel, mon serviteur — oracle de Yahvé —, ET JE FERAI DE TOI COMME UN ANNEAU À CACHET. Car c'est toi que j'ai élu — oracle de Yahvé des armées.
  4.  Pour en savoir plus, se reporter à la Lettre aux 7 Églises, dernier chapitre de mon livre Le Signe du Fils de l’homme, page 337.
  5.  Jean 8, 31-34.
  6.  Cf. Apocalypse 20, 14.
  7.  Cf. Apocalypse 7, 14.
  8.  Cf. Apocalypse 13, 17.
  9.  Matthieu 6, 31-33.
  10.  2 Corinthiens 3, 6.

〖TABLE〗      Page suivante ►►►