baty : je suis venu

épilogue de la tragédie initiatique chrétienne



pourquoi leur parles-tu
en paraboles ?


« Cherchez et vous trouverez » (1), voilà bien la seule parole de Jésus que les chercheurs semblent avoir retenue ! Tels des apprentis sorciers qui utilisent indûment des pouvoirs dont ils ignorent tout, les chercheurs cherchent et n’arrêtent plus de trouver ! Malheureusement pour le monde qui leur fait confiance, leurs découvertes n’en sont pas : ils ne découvrent rien mais inventent tout, ce qui est lourd de conséquences… Leur science ne provient pas du livre que Dieu tient dans sa main droite (2) (la Bible), elle ne correspond donc en rien à la Réalité ; conséquence prévisible — et prévue par les Textes —, ces apprentis sorciers précipitent tout droit le monde dans l’étang de feu (3) — avec la bénédiction de ceux qui gouvernent ce monde (les Dix rois) mais qui n’ont à cœur que sa destruction !

Une course à la mort est engagée, un suicide collectif de milliards d’aveugles dûment conditionnés par les faux prophètes. Mais tous ne sont-ils pas déjà morts ? Pour Jésus, en effet, il y a trois sortes de gens : les morts, les malades et les vivants. Les premiers, il ne veut pas les soigner (4) ; les seconds, il est venu pour eux (5) ; les troisièmes sont avec son Père (6). Les premiers et les seconds sont donc dans le monde : les premiers y sont chez eux, les seconds s’y sont fourvoyés, comme l’Enfant prodigue dont Jésus disait qu’il alla s’attacher à l’un des citoyens de ce pays (= le monde) qui l’envoya dans ses champs garder les cochons (7) !

À propos des habitants de ce monde, Jésus disait à ses disciples : « À vous a été donné de connaître le mystère du royaume de Dieu, alors que pour CEUX QUI SONT DU DEHORS tout se passe en paraboles, afin que regardant, ils regardent mais ne voient pas, et qu’entendant, ils entendent mais ne comprennent pas, de peur qu’ils ne reviennent et qu’il ne leur soit pardonné. » (8) Pour Jésus, il y a donc encore trois autres catégories de gens : ceux du dehors, les appelés, les élus. Les premiers pourraient revenir, mais Dieu leur envoie une force agissante d’égarement qui les fait croire au MENSONGE, afin que soient jugés tous ceux qui n’auront pas cru en la VÉRITÉ, mais auront pris plaisir à l’Injustice. (9)

Les "morts" de la première classification correspondent dans la seconde à ceux qui sont du dehors, et les "malades" que le Docteur doit guérir (10), aux appelés. Malheureusement, parmi ces derniers, il est écrit que peu guériront et deviendront des élus (11). Quelqu’un demanda à Jésus : « Seigneur, est-ce que les sauvés seront peu nombreux ? » Il répondit : « Luttez pour entrer par la porte étroite, parce que beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et n’en seront pas capables. » (12) Parmi les appelés se trouvent les adeptes de la Voie (13) que j’appelle déjà "Élus" parce qu’a priori rien ne s’oppose à ce qu’ils parviennent à la connaissance de la Vérité. Adeptes de la Voie, ne suffit-il pas que je vous apprenne la Vérité pour que vous deveniez aussitôt des élus ?

Or je vous rappelle ici la Vérité, la même qui fut dévoilée par Jésus au début du règne de Dieu, puis scellée à sa fin, mille ans plus tard. Au début du Règne, Paul écrivait : Jusqu’au jour d’aujourd’hui, à la lecture de l’ancienne Alliance, le même voile demeure sans être levé, parce que c’est en Christ qu’il disparaît. (14) La parole de Dieu inscrite dans les premiers livres de la Bible s’est trouvée voilée par les formes successives de bêtise qui se sont abattues sur le peuple choisi par Dieu pour dispenser la Parole salutaire, c’est-à-dire sur les vignerons auxquels le Maître de maison avait d’abord donné sa vigne en fermage (15).

Les quatre bêtes de Daniel représentent ces formes de bêtise. Les Maccabées lutteront les armes à la main contre la quatrième, celle qui finira par dévorer la terre entière (16) et qui n’est autre que l’hellénisme (17). Mais l’épée acérée à double tranchant qui sort de la bouche du Christ (18) sera plus efficace que le glaive des Maccabées contre cette dernière métamorphose de la Bêtise rusée ; elle égorgera à mort l’une des sept têtes de la Bête (19), entravant le Mal pour mille ans. Durant cette période (premier millénaire de l’ère chrétienne), quiconque se tournera vers le Christ, c’est-à-dire écoutera ses intelligentes explications de Textes, verra se lever le voile qui recouvre la Bible. Des appelés seront élus, des malades guériront et deviendront des vivants : ce sera la première résurrection (20).

Mais ce règne de mille ans n’apparaît pas dans les livres d’histoire pour trois raisons : 1) parce que le monde hellénisé qui produit ces ouvrages s’oppose par nature à l’Esprit de Vérité (21) ; 2) parce que Jésus et son Père ne se révèlent pas au monde mais à ceux qui les aiment (22) ; 3) parce que sur mille ou dix mille appelés, seuls trois ou quatre ont eu part à la première résurrection (sont devenus des élus). Ce petit nombre de guérisons n’a rien d’un échec ; compte tenu de l’incroyable emprise de la Bêtise sur le monde, il est remarquable que quelques-uns aient pu être sauvés : le Règne de Dieu annoncé par Jésus dura bien tout le premier millénaire de l’ère chrétienne, même si le monde actuel l’ignore !

Aujourd’hui que l’esprit impur est revenu avec sept autres esprits plus mauvais que lui (23), les perspectives de guérison sont encore moindres et, sur les sept milliards d’âmes réincarnées qui attendent d’être jugées, seules cent quarante-quatre mille seront élues (24), soit environ une sur cinquante mille… À cause de la Grande Détresse présente (25), entrer par la porte étroite est plus difficile que jamais ; aussi, adeptes, luttez contre votre éducation, c’est-à-dire contre les mensonges que les faux prophètes vous ont mis en tête : chassez les esprits impurs qui squattent votre logis !

notes

  1.  Matthieu 7, 7.
  2.  Apocalypse 5, 1.
  3.  Apocalypse 19, 20 ; 20, 10+14+15.
  4.  En Matthieu 8, 22, Jésus dit à l’un de ses disciples : « Laisse les morts enterrer leurs morts. » En Matthieu 13, 10-11, ses disciples lui demandent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » Répondant, il leur dit : « Parce qu’à vous il a été donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, alors qu’à ceux-là ce n’a pas été donné.
  5.  En Luc 5, 31, Jésus dit : « Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais ceux qui vont mal. »
  6.  En Luc 20, 38, Jésus dit que « Dieu n’est pas un Dieu de morts mais de vivants, car pour Lui tous (i. e. Abraham, Isaac et Jacob — verset 37) sont vivants. »
  7.  Luc 15, 15.
  8.  Marc 4, 11-12.
  9.  2 Thessaloniciens 2, 11-12.
  10.  Rappel : Un seul est votre Docteur, le Christ (Matthieu 23, 10).
  11.  Matthieu 22, 14 : Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus.
  12.  Luc 13, 23-24.
  13.  Actes 9, 2.
  14.  2 Corinthiens 3, 14.
  15.  Lire la parabole des "vignerons homicides" en Matthieu 21, 33-41.
  16.  La quatrième bête : il y aura sur terre un quatrième royaume qui différera de tous les royaumes, il dévorera la terre entière, l’écrasera et la broiera (Daniel 7, 23).
  17.  Voir les stances d’Anatole Blastos, en particulier l'abomination de la désolation
  18.  Cf. Apocalypse 1, 16.
  19.  Cf. Apocalypse 13, 3.
  20.  Cf. Apocalypse 20, 4-6.
  21.  En Jean 14, 17, Jésus parle du Paraclet, l’Esprit de Vérité que le Monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit ni ne le connaît.
  22.  Jésus explique à ses disciples, en Jean 14, 18-24 : « Je ne vous laisserai pas orphelins, je viens vers vous. Encore un peu, et le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez, parce que moi je vis et que vous-mêmes vous vivrez. En ce jour-là, vous connaîtrez, vous, que moi je suis en mon Père, et vous en moi et moi en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et moi je l’aimerai et me manifesterai à lui. »
    Judas (non pas l’Iscariote) lui dit : « Seigneur, comment se fait-il que tu doives te manifester à nous et pas au monde ? » Jésus répondit et lui dit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui, et nous ferons chez lui notre demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. »
  23.  Cf. Matthieu 12, 43-45 ; cité au chapitre 666.
  24.  Cf. Apocalypse 14, 1.
  25.  Cf. Matthieu 24, 21 ; autres traductions équivalentes : Grande Affliction, Grande Tribulation.

〖TABLE〗      Page suivante ►►►