baty : je suis venu

épilogue de la tragédie initiatique chrétienne



la Sagesse oubliée


Pourquoi agir sur le monde et les choses qui le composent reviendrait-il à se donner des coups de marteau sur la tête ? Parce que LE SEIGNEUR, C’EST L’ESPRIT (1) et que TOUTES CHOSES SUBSISTENT EN LUI (2). Toutes choses se trouvant dans l’Esprit, toutes choses ne sont qu’esprit. Agir sur elles, relève d’un aveuglement qui provoque toujours des souffrances directes ou des chocs en retour : telle est la cause de tous les malheurs du monde. Mobiliser l’Esprit pour agir sur les choses qui sont en Lui, voilà clairement la maladie spirituelle que Jésus nomme l’esprit impur (3) : la bêtise et la folie de ceux qui se projettent au dehors, c’est-à-dire hors de l’Esprit. Mais ne suis-je pas moi-même complétement fou de tenir pareil discours ?

Que nul ne s’abuse ! Si quelqu’un parmi vous pense être sage à la manière de ce monde, qu’il devienne fou pour devenir sage ; car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. (4)

En vérité, je ne dis rien de nouveau, je ne fais que rappeler une sagesse qui a été étouffée par l’éducation que la majorité des gens reçoivent obligatoirement aujourd’hui. Cette sagesse, celle de Dieu, est aux antipodes de celle du monde. Pour l’une, l’autre est une folie, et réciproquement ! Pas de compromis possible côté divin, mais de nombreuses compromissions côté mondain. Dès ses prémices, l’enseignement de Dieu s’oppose radicalement à celui que les hommes imposent à leurs enfants. Par exemple, aux deux points d’entrée de la Bible chrétienne, repérés par l’expression “Au commencement” (5), l’Écriture affirme, concernant la parole, une thèse folle pour le monde…

Au point d’entrée du Nouveau Testament (début du Quatrième évangile), la parole est (en grec) le logos : par lui tout a paru, et sans lui rien n’a paru de ce qui est paru (6), écrit Jean, rappelant ainsi à ceux qui l’auraient oublié que tout est "parole" et rien d’autre. Car le logos n’est pas seulement la parole que l’on entend, mais tout ce qui préside intérieurement à cette expression : il est comme un iceberg dont il ne faut pas ignorer l’importante partie immergée sous peine de graves problèmes… La parole que l’on entend (apparemment) à l'extérieur porte information de ce qui intérieurement relève de l'Esprit. Le logos est le processus de la parole dans son intégralité, et le logos est Dieu (7) parce que Dieu est esprit (8) et que le logos est tout simplement LA fonction de l’esprit, c’est-à-dire la Vie : en lui était la vie (9), dit Jean.

Au point d’entrée de l’Ancien Testament (début de la Genèse), Dieu dit : « Que la lumière soit » (10), et la lumière est. Mais rien ne sort alors de l’Esprit-Dieu, rien n’est créé hors de Lui. Et il en sera de même pour tout ce que le logos créera durant les Six premiers jours (11) : tout subsistera dans l’Esprit, rien n’en sortira jamais (comme dans un rêve). Quand, PAR son logos, l’Esprit-Dieu crée toutes choses, c’est POUR Lui, et il est alors nommé « Père » :

Il n’y a qu’un seul Dieu, le Père,
de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes,
et un seul Seigneur, Jésus Christ,
par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. (12)

Le Christ, par qui Dieu a créé toutes choses est le logos incarné : Et le logos est devenu chair, dit Jean, et il a séjourné parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire comme celle qu’un Fils unique plein de grâce et de vérité tient de son Père. (13) Et Paul, à propos de ce Fils, ajoute : Il est l’image du Dieu invisible, le chef de toute la Création, parce qu’en lui ont été créées toutes choses dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles… Toutes choses ont été créées par lui et pour lui, et il est avant tout, et toutes choses subsistent en lui (14). Comment discerner Dieu de sa parole, c’est-à-dire l’Esprit de sa fonction ? On peut justement le faire par la parole, dans un but éducatif, afin de bien faire comprendre à ceux qui cherchent la Vérité comment fonctionne la Réalité, mais au fond, Dieu et sa parole sont indissociables : la parole est Dieu !

Conséquence de tout ce que je viens de rappeler et qui appartient à l’antique sagesse perdue : si tout ce que Dieu a créé subsiste en Lui — toutes choses et toutes créatures —, alors c’est qu’il n’y a rien hors de Lui ; en clair : DIEU EST SEUL (15) !

notes

  1.  2 Corinthiens 3, 17.
  2.  Colossiens 1, 17. Pour cette citation et la précédente, voir le Signe du Fils de l’homme, page 254.
  3.  Matthieu 12, 43.
  4.  1 Corinthiens 3, 18-19.
  5.  Genèse 1, 1 et Jean 1, 1. Voir le Signe du Fils de l’homme, page 245.
  6.  Jean 1, 3.
  7.  Jean 1, 1c.
  8.  Jean 4, 24.
  9.  Jean 1, 4.
  10.  Genèse 1, 3. Traduction la plus largement répandue, mais il est aussi possible de traduire : Que la lumière paraisse, et la lumière parut — ce qui s’accorde mieux avec ma traduction de Jean 1, 3. Il va donc falloir s’entendre sur les termes employés afin de ne pas s’écarter du Chemin resserré…
  11.  Cf. Genèse 1, premier chapitre de la Bible.
  12.  1 Corinthiens 8, 6.
  13.  Jean 1, 14.
  14.  Colossiens 1, 15-17. Les choses sont créées pour le Père, mais aussi pour le Fils puisque, comme le dit le Fils : « Moi et le Père nous sommes UN » (Jean 10, 30).
  15.  Galates 3, 20.

〖TABLE〗      Page suivante ►►►