baty : je suis venu

épilogue de la tragédie initiatique chrétienne



tout l’Univers


Les Dix rois et la Bêtise haïssent la Civilisation et n’ont qu’une idée : la rendre déserte et nue, manger ses chairs et la consumer par le feu (1) ! Par conséquent, inutile de chercher son salut sur Mars ou ailleurs, car où sera la Civilisation, là sera la destruction. Bien qu’il n’existe dans le monde matériel aucun vrai refuge contre la Bêtise dévastatrice, nombreux seront ceux qui en chercheront un, et ils seront pris au piège d’un monde qui va finir dans le feu (2).

Je vous le dis donc clairement, à vous Élus qui lisez ces lignes : prenez refuge en Dieu, tout en sachant que Dieu est esprit. (3) Dans la maison de votre Père, qui n’est pas de ce monde (4) et comporte de nombreuses demeures, Jésus vous a préparé une place (5). Pour y aller, vous connaissez le chemin (6) : Jésus (7) ! Tout est dans la parole qu’il a dite, c’est-à-dire dans son enseignement, dont il disait : « Mon enseignement n’est pas le mien, mais il est de Celui qui m’a envoyé » (8), car Jésus est la parole de Dieu incarnée (9).

Plus largement, la Bible contient l’enseignement de Dieu, et vous n’auriez besoin ni de Jésus ni de Zorobabel si vous saviez lire. Je ne vous en fait pas le reproche, vous n’avez pas failli, c’était inévitable : si plus encore que les pèlerins d’Emmaüs (10) vous avez besoin d’explications de Textes, c’est à cause du retour en force de l’esprit impur (11), de la grande tribulation de l’époque moderne : plus personne ne sait lire — c'est-à-dire ne peut lire (12) ! Le conditionnement éducatif (même partiel) qui a été imposé aux enfants que vous étiez remplace automatiquement les idées justes de l’Écriture par des idées fausses trompeusement étayées par les signes et prodiges des faux prophètes. Vous croyez comprendre ce que vous lisez, mais ce sont en fait les idées reçues au cours de votre éducation qui s’imposent à vous.

Dans le scénario de la Tragédie chrétienne, les personnages de Jésus et Zorobabel rapatrient spirituellement les Élus prisonniers de la Grande Babylone (13) jusqu’à la Jérusalem nouvelle, tout comme les Jésus et Zorobabel historiques ont rapatrié physiquement les Exilés de l’antique Babylone jusqu’à Jérusalem. La Jérusalem nouvelle (14) est la demeure de Dieu avec les hommes (15) ; ces deux expressions métaphoriques étant équivalentes à la maison de mon Père, au royaume de Dieu (ou des Cieux), au Paradis, etc. Quel que soit le nom qui lui a été donné suivant les contextes, c’est bien en ce lieu qu’il faut que vous — les Élus — preniez refuge, car les Châtiments qui vont s’abattre sur la Grande Cité seront tels, que le premier ciel, la première terre et la mer vont disparaître (16) !

Dieu a mis au cœur des Dix rois un unique dessein : donner à la Bêtise les pouvoirs que les peuples leur ont conférés jusqu’à ce que toutes les paroles de Dieu soient accomplies (17) ! En d’autres termes, Dieu veut que les chefs des nations détruisent leur civilisation prodigieuse, parce que tant que celle-ci tiendra, le conditionnement des Élus tiendra. Comme ce que vous prenez pour la réalité n’est qu’un ensemble de leçons apprises au cours de votre formation initiale (par l'école), puis continue (par les medias), comme le monde sensible que vous croyez percevoir n’est qu’une manifestation de votre conditionnement, ce n’est pas seulement le monde qui s’apprête à disparaître, mais tout l’univers connu ! Ce dernier mot étant capital : si l’Univers n’avait pas été appris, il ne serait pas connu !

Quand votre conditionnement s’écroulera, vous pourrez dire : « Je ne suis plus dans le monde. » (18) Vous verrez alors de nouveau la Réalité comme lorsque vous étiez un petit enfant non encore éduqué — une vision qui a malheureusement vite été obscurcie par les idées fausses que vous avez reçues à votre corps défendant. Aussi, n’ayez pas peur de retomber en enfance avant l’âge, vous risquez juste de tomber dans les bras de votre Père (19) :

Qui n’embrasse pas le royaume de Dieu
comme un petit enfant n’y entrera pas. (20)

notes

  1.  Cf. Apocalypse 17, 16.
  2.  Cf. 2 Pierre 3, 10-12.
  3.  Jean 4, 24.
  4.  En Jean 18, 36, Jésus dit à Pilate : « Mon royaume n’est pas de ce monde ». Le royaume de Dieu et la maison du Père désignent métaphoriquement la même la réalité.
  5.  Cf. Jean 14, 2.
  6.  Jean 14, 4.
  7.  Rappel : « Je suis le Chemin et la Vérité et la Vie », dit Jésus en Jean 14, 6.
  8.  Jean 7, 16.
  9.  Cf. Jean 1, 14.
  10.  Cf. Luc 24, 13-35.
  11.  Cf. Matthieu 12, 43-45 (déjà cité au chapitre 666).
  12.  Vision de Jean de l’Apocalypse (5, 3) : Personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne pouvait ouvrir le livre ni le regarder. (Le livre posé sur la main droite de Dieu étant évidemment la Bible.)
  13.  Au chapitre 17 de l’Apocalypse, la Grande Cité qui a la royauté sur les rois de la terre (i. e. la Civilisation) est aussi dépeinte comme une femme assise sur une Bête écarlate (i. e. sur la Bêtise) et sur des grandes eaux qui représentent des peuples, des foules, des nations et des langues ; elle est aussi nommée (grande) Prostituée et Babylone la grande…
  14.  Apocalypse 21, 2.
  15.  Apocalypse 21, 3.
  16.  Apocalypse 21, 1.
  17.  Apocalypse 17, 17.
  18.  Jean 17, 11.
  19.  Luc 15, 20.
  20.  Luc 18, 17.

〖TABLE〗      Page suivante ►►►